rulururu

post Un très beau livre sur le kimbaku

septembre 27th, 2008

Classé dans : Artistes, Vendeurs — admin @ 11:54

Les éditions Le Lézard Noir ont récemment publié un très beau livre sur le kimbaku, fruit d’une collaboration entre 2 artistes, l’un, Yasuji Watanabe, rédacteur en chef et photographe de la revue SM Sniper, et l’autre, Haruki Yukimura, maître en kimbaku.

Le livre, intitulé Akai Hana, illustre 4 séances de bondage réalisées par le maître au travers de nombreuses photographies en noir et blanc et en couleurs.

Loin des standards quelque peu lassants de l’école nippo-germanique qui s’est imposée depuis quelques temps sur la scène et dans les médias, cet ouvrage offre une vision très érotique du shibari. Les bondages mettent les modèles en valeur et le photographe a su avec beaucoup de talent capturer ces moments de grâce. On a d’ailleurs parfois l’impression qu’il a su se faire totalement oublier afin d’arriver à capturer ces instants magiques vécus par le bondageur et son modèle.

Un livre que nous recommandons fortement à tous les amateurs de bondage et à tous ceux qui souhaitent vraiment découvrir cet art !

Mots clés artiste, bondage, japon, kimbaku

post Paroles de bondageur : Sensei

septembre 7th, 2008

Classé dans : Uncategorized — admin @ 15:46

Bonjour, quel est votre nom ou nom de scène ?

Sensei.

Depuis combien de temps pratiquez-vous le bondage et comment avez-vous commencé ?

Depuis dix ans environ.
J’ai découvert le bondage par la photographie. Je faisais une séance photo classique avec un modèle, et j’avais apporté une grosse corde comme accessoire, pour varier. En regardant les photos après la séance j’étais fasciné par celles avec la corde, mais je me rendais bien compte que la corde avait été posée n’importe comment et qu’il faudrait la disposer de manière plus rigoureuse pour obtenir une effet intéressant.
J’ai commencé à surfer sur le web pour trouver des idées. J’ai découvert le shibari et j’ai voulu essayer à tout prix.

Qu’aimez-vous dans le bondage ? Que recherchez-vous au travers de sa pratique ?

C’est un mélange difficile à analyser. Il y a la rencontre de personnes passionnées par la même discipline. Puis la préparation d’une séance, l’animation et l’excitation du moment. Et puis bien sûr les souvenirs photographiques que cela laisse.
J’aime l’esthétique des photos de bondage, qui renforce, qui exacerbe la beauté des corps.

Quelles sont vos photographies personnelles préférées ? Pouvez-vous nous faire quelques commentaires sur chacune de ces images ?

Voici quelques photos que j’aime beaucoup, pour ce qu’elles me rappellent :

J’ai eu la très grande chance de travailler avec certains modèles célèbres, et peut-être la meilleure de toutes ; Kumi (kumimonster.com). Cette photo est un souvenir de cette rencontre. Elle est passée trois jours à Bruxelles, et nous avons fait plusieurs séances ensemble pour le plaisir. Elle a une personnalité originale et très attachante (sans jeu de mots !).

Souvenir d’une séance dans un lieu assez exceptionnel, une grande cave ancienne, historique presque puisque c’était un couvent. Excellent souvenir aussi de ces deux femmes que j’ai rencontrées à plusieurs reprises et toujours avec le même plaisir.

Un autre très grand souvenir. Un modèle exceptionnel avec qui j’ai fait de nombreuses séances, et un lieu exceptionnel, un jardin japonais en été.

Où nos lecteurs peuvent-ils apprécier votre art (site web, démonstrations, shows, …) ?

Mon site est www.BeautyTied.com
Je vais aussi dans des foires érotiques (en Belgique) ou internationales dédiées au bondage : BoundCon à Munich.

Où trouvez-vous votre inspiration ? Comment travaillez-vous ?

Je trouve mon inspiration en rencontrant des modèles et en découvrant des lieux nouveaux. Malheureusement il y a beaucoup de lieux qui m’inspirent et où il sera impossible de réaliser de telles photos. Je vois bien sur aussi des bondages sur le Web, ou dans des livres spécialisés. Je recherche particulièrement des livres anciens japonais.

En ce qui concerne vos modèles, quels sont vos critères de choix ?

La beauté des modèles n’est pas mon seul critère, loin de là. J’aime les physiques qui ont du caractère, ou un trait particulier (par exemple les cheveux rouges) et j’aime énormément les tatouages. Je trouve la combinaison cordes-tatouages irrésistible.

Quel genre de musique aimez-vous écouter lorsque vous pratiquez ?

Assez curieusement, je n’écoute jamais de musique à ce moment-là. Je pense d’ailleurs que s’il y avait de la musique, je ne l’entendrais pas, tant je suis absorbé.

Y a-t-il quelque chose que vous n’avez jamais fait et que vous aimeriez réaliser ?

Mes fantasmes sont souvent liés à des lieux particuliers ou en extérieur. Faire une suspension dans une grande grange en bois, ou à une grue de construction, ce genre de délires…

Y a-t-il autre chose que vous souhaitez nous dire ?

Toute personne intéressée par le bondage est bienvenue de prendre contact par email. Que cela soit pour être modèle ou autre.
J’ai le plus grand respect pour ceux qui se confient à moi, verbalement ou physiquement. Discrétion et respect des limites sont mes principes.

Merci Robert d’avoir répondu à notre questionnaire. Nous espérons te revoir prochainement au cours d’un salon … ou dans ce joli jardin japonais !

Mots clés artiste, bondage, Interview
ruldrurd
© Le blog d’Encordees , Desinged by Stealth Settings
Entries (RSS) and Comments (RSS)